GetActu

L'actualité en temps et en heure

Le sport, un instrument puissant pour le pouvoirTemps de lecture : 6 minute(s)

En ces temps de Mondial, la Terre entière est rivée sur le sport le plus populaire au monde : le football.

Mais passée l’euphorie de la victoire ou la dysphorie de la défaite, il faut se poser une question : quel est l’impact du sport dans le monde et quelle utilité a-t-il pour les dirigeants ?

Cette question peut paraitre un poil “relou” alors que l’unité du pays se fait sentir quand la France gagne mais c’est un sujet plutôt intéressant quand on se penche dessus.

L’Histoire du Sport

Inutile de rappeler que le Sport existe depuis la nuit des temps. En effet, on en trouve des traces dans des textes depuis l’Antiquité. La lutte et la boxe par exemple existaient en Mésopotamie au IIIè millénaire avant Jésus Christ et est étayée par “L’épopée de Gilgamesh” et depuis la nuit des temps, il est soumis à la compétition : le principe est simple, on oppose pacifiquement des gens et “que le meilleur gagne”.

Au fil du temps, les compétitions devinrent de plus en plus gigantesques. Les sommes mises en jeu dans ses événements augmente d’une manière fulgurante avec le début de la mécénat que les marques ont développé avec les organisateurs des compétitions. Avec l’augmentation des sommes, il y a eu aussi une augmentation de la valeur du sport aux yeux des classes dirigeantes. Le sport n’est plus seulement qu’un divertissement des “petites gens” mais un réel enjeu géopolitique, économique, social, écologique et politique.

Jolie vitrine mais pauvre arrière-boutique

Je m’explique ; les compétitions sportives offrent une vitrine aux nations organisatrices. C’est à qui réussira à montrer la plus belle image de son pays. Par exemple, le Brésil, pour le mondial 2014, avait construit des stades et des camps de base d’équipes à plusieurs millards d’€, alors que 50 millions de Brésiliens vivent en dessous du seuil de pauvreté. Les États dépensent (souvent à perte) pour pouvoir être visibles partout dans le monde.

Pour montrer la débâcle financière que peut-être l’organisation d’une compétition sportive pour un État, je prendrai le cas des Jeux Olympiques d’été de 2004. Plantage du décor, août 2004, Athènes, les Olympiades reviennent dans leur berceau, la Grèce. Le pays avait saisi l’occasion de pouvoir être devant la scène sportive internationale pour 2 semaines de JO. 2 semaines où ont eu lieu 28 sports. Mais avant le tant attendu événement, il aura fallu l’entreprise d’immenses chantiers pour accueillir les différentes délégations sportives et les spectateurs du monde entier.

1 milliard d’€ par jour

La journée de Jeux Olympiques aura couté environ 1 milliard d’€, soit 13 milliards en tout. Une explosion du budget due en partie à la sécurité des événements, en effet, c’étaient les premières olympiades depuis le 11 septembre 2001.

Cela pourrait paraitre anodin mais il s’agit des pires JO de l’Histoire budgétairement. Il se pourrait meme que leur organisation ait empiré la crise grecque, quelques années après.

“Les JO ont joué leur rôle (…), 2% à 3% de la dette extérieure du pays a augmenté en raison du coût des Jeux”, a reconnu le président du Comité international olympique (CIO), Jacques Rogge.

Avec l’événement, les installations sont à l’abandon, ce n’est pas un cas isolé dans l’après-JO.


Bref, les Jeux Olympiques de 2004 à Athènes prouvent que les grandes compétitions sportives peuvent se transformer en cauchemar pour les pays hôtes, surtout si leur économie n’est pas assez solide, quoiqu’en disent les promoteurs des Olympiades.

Revendications politiques

Au-delà de la portée marchande, le sport peut être le moyen pour faire passer un message politique. À l’image de l’agenouillement de footballeurs américains en septembre 2017, pour dénoncer les violences envers les afro-américains.

Plus récemment, la Coupe du Monde de football s’est déroulée en Russie, et ce fut une occasion, pour le régime poutinien, de montrer sa puissance et sa capacité à organiser de grands événements. Malgré l’élimination de la Russie face à la Croatie en quarts de finale, ce fut une grande victoire pour le régime russe qui a réussi à montrer que son équipe pouvait jouer avec les plus grands. L’équipe russe avait même réussie à éliminer l’Espagne.


Pour exemplifier, la Russie a fait se dérouler quelque match dans le stade de Kaliningrad, stade situé dans une enclave russe entre Lituanie et Pologne. Ce n’est pas un hasard, il s’agit de montrer à l’Union européenne que cette enclave est bien russe et le restera.

Les principaux objectifs de la Russie étaient :

  • L’affirmation de son pouvoir
  • La vitrine touristique mondiale

En somme, un cas d’école en coupe du monde.

Une fenêtre sur la géopolitique internationale

Les championnats sportifs montrent aussi une fenêtre ayant vis-à-vis sur la géopolitique internationale. Les rivalités, l’hégémonie et la mise en scène diplomatique sont monnaie courante dans ce domaine. Pour étayer mon propos, je prendrais quelques exemples, les JO (1936) en Allemagne nazie, les JO (1972) en RFA (Allemagne de l’Est), les JO de Moscou (1980) et de Los Angeles (1984). Je vais tenter d’être concis pour expliquer et contextualiser les faits historiques cités que je traiterai évidemment ordre alphabétique.

1936 : Les plans d’Hitler

Alors, en 1936, en Allemagne, Hitler est au pouvoir depuis 3 ans, et face à la communauté internationale, intenté de faire bonne figure. L’objectif est triple :

  • Avoir l’air “normal” : la volonté affichée est la normalisation du régime nazi !
  • Faire un écran de fumée : cacher leurs volontés d’annexion et leur antisémitisme !
  • Montrer la superpuissance aryenne : montrer que les athlètes allemands sont les meilleurs (cela se soldera par un échec car l’athlète le plus médaillé est afro-américain.

On vous redirige vers cette vidéo, expliquant ces JO plus en détail !

1972 : Attaque terroriste palestinienne

Septembre 1972, un commando palestinien prend en otage des membres de la délégation israélienne, un drame qui mettra sur le devant de la scène les rivalités israelo-palestiennes.

1980 et 1984 : Dure guerre froide

Les JO de Moscou en 1980 ont été la cible d’un boycott organisé par les Etats-Unis pour dénoncer la politique de l’URSS de l’époque : crise des Euromissiles et invasion de l’Afghanistan par l’URSS. L’Argentine, la Chine, la RFA, le Canada et bien d’autres pays participeront à ce boycott.

1984, les JO sont organisé à Los Angeles et le bloc communiste, en vengeance, refuse d’y participer. Les USA raflent 174 étoiles et McDonalds est au bord de la faillite après avoir promis un produit gratuit par étoile gagnée par les Etats-Unis.

Conclusion

Le Sport, de nos jours, a une puissance allant bien au-delà des stades. C’est devenu un moyen d’affirmer sa puissance, de répondre à des crises diplomatiques et également un moyen de diversion pour les dirigeants lorsqu’ils sont en mauvaise posture. Ils peuvent également avoir un impact économique certain comme creuser la dette ou renflouer les caisses des marques mécènes des équipes et délégations. Les coupes du monde de football, par exemple, font péricliter les marchés financiers. Enfin, le Sport n’est que le reflet de notre société et de ses travers, très peu de problème ne lui sont endémiques.


Merci d’avoir lu cet article ! Mettez un j’aime s’il vous a plu et suivez-nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *