GetActu

L'actualité en temps et en heure

Mon ressenti des soldes 2018 (et pas que)

Bon, ce matin je me suis levé, et me suis dit : ça fait longtemps que je n’ai pas fait d’articles. C’est vrai que c’est long à écrire, puis tous les sujets ne m’intéressent pas. Moi, ce qui m’intéresse, c’est la géopolitique, la politique, et la société. J’en ai écrit des centaines d’articles dessus et, au fait, j’ai cru comprendre que ça vous plaît aussi. 

    Alors quand j’ai appris qu’il y aurait des soldes, je n’étais pas chaud-chaud pour les faire, mais bon, il faut bien faire tourner l’économie et le site. J’étais malade comme un chien, ça ne vous importe peut-être pas. Mais je vous le dis, donc bon. On est mercredi 3 janvier, on vient à peine de finir les festivités décembrales – j’invente des mots autant que j’écris – que l’on apprend déjà que la Moselle commence ses soldes pour s’ajuster sur nos confrères outre-Rhin. Je me dis d’entrée que ça ne fait que nous somer de consommer et de consumer notre porte-monnaie.

    D’ailleurs, depuis peu, je m’intéresse à la mode, influencé par une amie que j’apprécie beaucoup (allez voir son site, vous ne serez pas déçus). Au départ, j’avais de notion de mode que les conditions de fabrication des habits. Le superficiel ne m’intéresse pas en général. J’ai commencé par regarder des vidéos mode, surtout les marques streetwear. Plus je regarde des vidéos plus j’en apprends sur des bases que je n’avais pas (Bape, Suprême, Club 75, Comme des Garçons, Colette -RIP-), mais je n’aime pas trop les marques en général, une paire de chaussures de marque me suffit, le reste, je l’achète parce que j’aime sinon nihilo, nada. Il faut que j’écrive dessus. Une semaine plus tard, mercredi 10 janvier, c’est le jour J, la moitié de la journée, je la passe à ne tweeter que quelques fois sur GetActu (d’ailleurs visitez notre Twitter, il est intéressant). Je regarde des vidéos sur la guerre froide, ça m’intéresse tout particulièrement. Je me perds. Il faut que j’aille faire les soldes. Il est 17h, ma mère rentre du travail. Elle m’exhorte à aller chez le coiffeur. Je n’y suis pas allé depuis septembre dernier, la flemme comme l’on dit. Vous ne le savez peut-être pas mais je suis noir, et comme tout noir, je DOIS aller chez le coiffeur au moins 1 fois par mois si je ne veux pas avoir les cheveux d’un enfant somalien photographié par l’UNICEF. Mes cheveux font des clans, des tribus. C’est ça la hantise des cheveux crépus. Les boules séparées qui se créent dans les cheveux. De vrais « no man’s land ».

    Au final, si tu ne vas pas chez le coiffeur, tu n’as qu’un choix, te peigner. Si tu ne te peigne pas. T’es mort. Tu vas souffrir le jour où tu te peigneras, le jour où la tondeuse passera.
    Donc voilà que je dois y aller, donc je me prépare avec mes meilleurs habits, qu’à ne celà ne tienne, je devais aussi déposer ma lettre de motivation chez l’opticien Krys, je me mets sur mon 31, à l’exception que moi, pendant mon 31, j’étais malade. Donc, je mets mon plus beau jean, 

    • un FSBN (marque New Yorker) gris foncé super skinny fit (l’appellation Yankee des jeans, des pantalons avec les chevilles qui sont serrées), d’ailleurs je n’en ai pas beaucoup.
    • En plus de ça, je décide de mettre un t-shirt oversize bleu-blanc-rouge, où est un peu à droite une petite étiquette esthétique où sont marquées des coordonnées
    • Mais il fait froid en ces temps, donc j’ai accompagné d’un hoodie FSBN bordeaux
    • Des Huaraches, belles, bleues, semelle blanche 
    • Des chaussettes grises Champion, la marque fuccboi par excellence.
    • Un bomber New Look, d’un vert assez sobre

        Me voilà paré pour sortir, je sors, mes cheveux ont l’air d’être électrisés, ça m’énerve. 

        Je vais donc chez le coiffeur d’un pas sûr. Ma pochette de rechercheur de stage au coude. J’arrive sur les lieux. 11€ la coupe, c’est pas mal, j’en suis content (je ferai peut-être un article sur mes adresses préférées sur Lyon, car, je suis de Lyon 🦁). Le salon est joli, l’attente est passable, le coiffeur est accueillant, la clientèle n’est pas bruyante, la coiffure est SU-PERBE mais assez basique, un dégradé avec les contours venus tout droit du QG des re-noi soins. 

        Bon, bon, il est déjà 18h46, Krys va fermer, dommage, je n’y vais pas du coup.

         Sur un coup de tête, je décide d’aller au centre commercial de la Part-Dieu, il y avait un H&M là-bas, mais avec la polémique et leurs fringues, je n’y suis pas aller. 

        Donc j’entre dans les Galeries Lafayette, l’endroit bourgeois par excellence, du moins, hors soldes. Quand j’y suis, la plupart des produits ne me plaisent pas. Je vais au rayon Hugo Boss, mais ne m’y attarde pas vu leur passé. Je vais voir les produits Raff Lauren, c’était MA cam durant mon enfance, mais je n’aperçois que des hauts extravagants que je trouve laids. Excepté un seul, c’est un haut de sport, avec une sorte de fermeture éclaire au col et la mention floquée en petit « Polo Sport ». Je regarde le prix. 100€. C’est de trop, beaucoup trop. Ça ne vaut pas le coup, je sors de la boutique à 3 étages

         Peu après, j’entre dans un New Yorker, je voulais un bonnet, tout simplement, mais, bon, c’est ça le vice des centres commerciaux et de la consommation en général. Rentre pour quelque chose, achete d’autres choses. Et me voilà tombé dans le piège. Il y avait de magnifiques bonnet, j’ai pris un énième sweat cependant. Un sweat FSBN à 15€ mais que j’ai réussi à choper à 10.

        Je vous passe la description esthétique. Il est simplement mirobolant (= mirobolant du verbe miroboler qui veut dire étonner).

        Jour 2 :

        Voilà, voilà : nous sommes jeudi 11 janvier. Nouveau jour malade donc nouveau jour exempt d’école. Le matin je me lève, fatigué, normalement du coup. Je tousse beaucoup, normal vu que j’ai une infection pulmonaire. J’ai toujours mon nouveau sweat FSBN sur moi. Bref, j’ai toujours pas de bonnet et toujours pas de stage. Il est 11h, je mange un cookie, parfois l’industrie agroalimentaire a du bon, ahah. Je vais me doucher. Je me coule un bain, ça fait longtemps que je n’ai pas fait ma toilette, ne suivez pas mon exemple, la fatigue, les vacances et la maladie ont eu raison de mon hygiène. J’y reste super longtemps, jusqu’à 15h, je regarde des vidéos YouTube en me baignant (c’est hypra dangereux pour votre matériel, ne le faîtes pas, et s’il est branché à du courant c’est hypra dangereux pour vous). Bon, bon, je vais au Krys, histoire d’avoir un stage. Le gérant me reconnaît. Ça commence bien. Il me demande ce qui m’intéresse beaucoup et ce que je voudrais faire plus tard. Honnêtement, je lui dis le journalisme. Il me répond :

        Je prends des stagiaires parfois. Mais si tu aimes le journalisme, pourquoi venir ici. Tu cherches un stage pour un stage là. Vaut mieux que tu cherches ce que tu aimes, il y a le Progrès pas loin, vas-y, demande-leur et au pire, je te prendrais

        Je vais voir là où (au Progrès) il m’a indiqué, je trouve que dalle, nada. Bof, peu avant j’ai gagné 6€ en pariant, donc autant m’acheter un bonnet. J’y vais sympathiquement, ça prend trente secondes. Je vais encore au New Yorker, décidément, c’est devenu ma passion 👀. J’y prends un bonnet bordeau. Il fait assez gros mais je l’aime bien. Le bonnet coûte 4.95€ et est apparemment un bonnet pour femme selon l’étiquette. Mais moi, j’aime ce bonnet.

        Laisser un commentaire

        Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *