GetActu

L'actualité en temps et en heure

Comment un ancien député LR a réussi à payer le salon de toilettage pour chiens de sa fille grâce à de l’argent public

Les députés connaissent bien la manœuvre : avoir une plus-value sur sa permanence.

L’Etat, généreux comme il est, verse une allocation aux députés et aux sénateurs (l’IRFM, Indemnité représentative de frais de mandat). Mais, une partie d’entre eux s’en sert pour payer leur permanence locale parlementaire voire plusieurs (située(s) dans leur circonscription). Où est le problème ? Une fois leur mandat terminé : la permanence leur appartient toujours. Donc, ils peuvent la revendre et encaisser une plus-value très alléchante.

Une pratique pendant bien longtemps légale

La manœuvre – grossière soit elle – était très répandue jusqu’en 2015 où l’Assemblée nationale a mis fin à cette aubaine pour les parlementaires les moins moraux. À l’instar de l’ex-député Les Républicains du Nord(de 2002 à 2012), Jean-Pierre Decool, qui a acheté en 2003 trois permanences dont une qui sert maintenant de salon de toilettage pour chiens tenu par sa fille, rapporte Le Lab.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *